jeudi 18 novembre 2021

La sainte Église (Votre Église sur la terre)

En finissant la partie du cycle liturgique, le recueil de Besnier propose ce cantique sur la sainte Église. Celle-ci doit être chère à tout chrétien, car c'est elle qui dispose de tous les trésors qui lui furent légués par Jésus-Christ, son divin Époux. Parmi ces trésors, les sacrements tiennent la première place, car ce sont eux qui nous communiquent la grâce sanctifiante. Puis, cette bonne mère nous enseigne ce que nous devons croire et faire, si bien qu'il serait fautif de ne pas suivre ses directives, et particulièrement celles du pontife romain, nommé par le Seigneur chef et gardien de la communauté des fidèles. Enfin, ayons foi en l'immortalité de l'Église qui ne pourra jamais être vaincue, malgré les assauts et les tempêtes qui la secouent de toute part, selon les paroles mêmes de son divin fondateur.

Cantique chanté avec partition vocale affichée sur l'introduction :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie au saxophone ténor)




Paroles du cantique :

 

1
Votre Église sur la terre,
Dieu Sauveur, est à nos yeux
Comme la dépositaire
De tous les trésors des cieux. (bis)

REFRAIN :
Votre Église nous est chère,
O Jésus, son noble Époux ;
Nous croyons à cette Mère,
Comme nous croyons en vous !
Nous croyons à cette Mère,
Comme nous croyons en vous !

2
Vous avez nommé saint Pierre,
A jamais, le seul gardien
De la foi, de la prière,
Dans tout l'univers chrétien ! (bis)

3
Notre cœur reçoit par elle,
De vous-même, chaque jour,
La vertu surnaturelle
De vos sacrements d'amour ! (bis)

4
Du berceau jusqu'à la tombe,
Elle guide tous nos pas :
Et si l'un de nous succombe,
C'est qu'il ne l'écoute pas ! (bis)

5
Même aux jours de sombre lutte,
Rien ne peut troubler sa paix !
Le démon la persécute :
Il ne la vaincra jamais ! (bis)

mardi 9 novembre 2021

Prière à la Sainte Vierge pour les âmes du purgatoire (La voix des trépassés)

Porté sur une mélodie lente aux accents douloureux, ce chant est une supplique ardente à Notre-Dame des douleurs afin qu'elle daigne obtenir de son Fils l'abrègement des souffrances endurées par les pauvres âmes dans les flammes si rigoureuses du purgatoire. Qui en effet pourrait ne pas leur compatir, en les voyant retenues sans secours dans de si rudes tourments? Prions donc notre bonne Mère du ciel par son cœur transpercé de venir les consoler et abréger leurs peines, et cela plus particulièrement pour ceux qui nous sont plus proches par la nature et l'amitié. Un dernier couplet évoque enfin une pensée spéciale pour nos soldats qui donnèrent leur vie en défense de la patrie.

Cantique chanté avec partition vocale affichée sur l'introduction :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie à la guitare électrique avec effet de distortion)




Paroles du cantique :

 

1
La voix des trépassés, en des accents de feu,
S'élève jusqu'à Dieu.
Daignez entendre, aimable Mère,
De nos défunts la plainte amère ;
Exaucez notre vœu !

REFRAIN :
O Notre-Dame,
Nous supplions votre amour maternel
D'avoir pitié des âmes
Qui gémissent loin du ciel.

2
Daignez de votre Fils, au cœur pourtant si doux,
Calmer le saint courroux.
Au souvenir des pauvres âmes
Qu'il laisse errer parmi les flammes,
Nous tombons à genoux !

3
Accordez-leur, de grâce, au sein de leurs tourments,
Vos soins les plus aimants !
Vous dont le cœur, percé d'un glaive,
Pour leur salut souffrit sans trêve,
Consolez vos enfants !

4
Placez nos chers défunts parmi les saints Élus,
Pour qu'ils ne souffrent plus !
Mettez un terme à leurs supplices,
Et, dans le Ciel, pour leurs délices,
Offrez-les à Jésus !

5 (facultatif)
A ceux qui sont tombés, jadis, au champ d'honneur,
Donnez le vrai bonheur !
S'il en restait au purgatoire,
Loin du repos, de la victoire,
Parlez d'eux au Seigneur !

mardi 2 novembre 2021

Pour les fidèles trépassés (Les yeux clos pour jamais)

Ce petit chant célèbre la mémoire des trépassés morts dans la grâce de Dieu. Ceux-ci, après avoir été purifiés de ce qu'il leur restait de souillures, jouissent de la gloire des cieux où le bon Dieu les comble de bonheur. Plus de douleurs au ciel, plus de tristesse, plus de crainte: l'amour seul règne en maître au sein de ces délices éternels. C'est donc pour leur ouvrir ce royaume de paix et pour les associer à tous les élus que nous prions sur les tombeaux de nos chers morts. Et nous aussi, songeons qu'un jour notre tour viendra... Ne perdant donc jamais de vue cette fin ultime, menons une vie bonne, pour mériter l'entrée du paradis au seuil de notre vie.

Cantique chanté avec partition vocale affichée sur l'introduction :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie aux tambours d'acier)




Paroles du cantique :

 

1
Les yeux clos pour jamais
A tous les vains attraits,
Les bien-aimés du Seigneur vivent dans sa gloire.
Dans la prière unis,
Sur leurs tombeaux bénis,
Nos cœurs émus célèbrent leur mémoire.

2
Là-haut plus de douleurs,
Plus d'ombre ni de pleurs !
Le ciel pour eux s'est ouvert : ils n'ont plus d'alarmes !
Ils ne connaissent plus
Qu'un ciel rempli d'élus,
Car Dieu les aime : il a séché leurs larmes !

3
O puissant Roi des cieux,
Avec tes bienheureux
Place nos morts qu'au bonheur ton amour convie !
Quand notre tour viendra,
O Dieu clément, sois là,
Pour nous bénir au seuil de l'autre vie !

lundi 1 novembre 2021

Toussaint : Élus qui dans la gloire

Ce cantique à la mélodie douce et romantique est un dialogue entre les vivants de la terre et les saints du paradis. Le premier couplet, général, souligne comment les biens du ciel n'ont rien de commun avec les jouissances terrestres, les élus y étant ainsi largement payés des peines très courtes endurées en cette vie. Le second couplet montre la gloire dont les martyrs autrefois humiliés dans les tourments y sont illuminés, puis le troisième la sainte ivresse dont sont inondés les pénitents pour tant de larmes versées. Enfin le dernier couplet formule cette demande cruciale: quelle route mène sûrement à ce lieu de délices? La réponse est sans détour: seule la voie de la croix y conduit, et pour y marcher sans faille, garder toujours nos yeux fixés sur notre divin modèle: Jésus notre Sauveur.

Cantique chanté avec partition vocale affichée sur l'introduction :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie aux cuivres synthé)




Paroles du cantique :

 

1
Elus qui, dans la gloire,
Au ciel reposez tous,
Pour fruit de la victoire,
Quels biens possédez-vous ?
- Amis, rien sur la terre
Ne peut valoir le prix
Des biens dont notre Père
Nous comble en Paradis !


2
Quel est votre partage,
Martyrs, vaillants héros,
O vous dont le courage
Lassa tant de bourreaux ?
- Au ciel, Dieu nous couronne
De gloire et de splendeur ;
Sans fin sur nous rayonne
La Croix du Rédempteur !


3
O vous que les alarmes
Brisèrent nuit et jour,
Quel prix pour tant de larmes
Reçoit votre humble amour ?
- Le ciel, c'est l'allégresse,
L'amour, la douce paix,
La sainte et pure ivresse,
L'extase pour jamais !


4
Du ciel, votre patrie,
O Justes, dites-nous
La route en cette vie
Qui mène auprès de vous ?
- Chrétiens, c'est le Calvaire
Qui seul conduit aux cieux ;
Jésus est la lumière :
Sur Lui fixez vos yeux !