vendredi 9 avril 2021

Pâques : Gloire au puissant Vainqueur

Quel contraste saisissant! Il n'y a que deux jours, nous voyions notre divin Sauveur attaché sur la croix, couvert de sang et de blessures, humilié et anéanti sous la raillerie des méchants; aujourd'hui il sort de la tombe par sa propre puissance, éclatant de splendeur et de majesté, triomphant de ses ennemis vaincus à tout jamais! De même, sortons de la mort du péché et allons à lui, répondant ainsi au vœu de son Cœur; nous pourrons ainsi avoir l'espoir de partager un jour son bonheur dans le ciel. Et en attendant, que tout jubile et répète en chœur: gloire au puissant vainqueur!

Cantique chanté avec partition vocale affichée sur l'introduction :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie aux cuivres)




Paroles du cantique :

 

REFRAIN :
Gloire au puissant Vainqueur,
Au Christ, Maître du monde !
Sans effort, il échappe à la tombe profonde ;
Terre et cieux l'acclament en chœur :
Gloire au puissant Vainqueur !

1
Déchiré sur la Croix de blessures sans nombre,
Il surgit de la mort, du silence et de l'ombre,
Dans tout l'éclat de sa splendeur !
Gloire au puissant Vainqueur !

2
Les méchants désormais peuvent bien le poursuivre,
L'univers étonné le verra leur survivre
Dans sa beauté de Dieu Sauveur !
Gloire au puissant Vainqueur !

3
Il prodigue aux pécheurs son amour le plus tendre,
Malheureux l'insensé qui refuse d'entendre
L'ardent appel de son doux Cœur !
Gloire au puissant Vainqueur !

4
Quand pour nous finiront les longs jours de misère,
Nous irons le rejoindre au royaume du Père,
Et partager son grand bonheur !
Gloire au puissant Vainqueur !

vendredi 2 avril 2021

Vendredi-Saint (Lorsqu'un Dieu)

Ce cantique très populaire écrit par Fénelon et connu sous le titre "Au sang qu'un Dieu va répandre" est, dans cette version proposée par le recueil de Besnier, passablement retouché dans sa forme. Il y est décrit la Passion du Sauveur, depuis son agonie jusqu'à sa mort sur la croix. La première strophe introductive nous stimule à compatir aux douleurs de notre Dieu et à faire de lui le but et le centre de notre vie. Puis le récit commence. D'abord la lutte terrible de l'agonie, où un instant la nature semble céder devant l'horreur des tourments et de la mort qui se montrent aux yeux du Sauveur, mais où l'amour pour nous finit par lui faire accepter cet amer calice. Puis la trahison du Judas qui le livre à ses ennemis par un baiser, image de tant de communions indignes où des âmes ingrates semblent venir à lui en amis mais en vérité lui percent le cœur par leur sacrilège. Vient ensuite la comparution devant le grand-prêtre qui condamne le Christ comme blasphémateur, puis le reniement de Saint Pierre dont l'âme fut touchée de repentir par le regard doux et tendre du Seigneur. Au tribunal de Pilate, nous voyons l'innocence même mise en parallèle avec un malfaiteur qui obtient la clémence du peuple, tandis que Jésus est condamné à une mort ignominieuse. Avant ce dernier supplice, nous assistons à l'affreux spectacle de la flagellation, où le sang d'un Dieu coule à grands flots afin de nous laver de nos crimes... Sur la croix, malgré l'excessive douleur qui l'oppresse, notre divin modèle se montre plein de douceur pour ses cruels ennemis; ainsi, il nous apprend à souffrir patiemment et sans nous plaindre les maux de la vie pour son amour. Le récit s'achève enfin par le rappel des signes nombreux qui firent s'ébranler la nature à la mort du Christ, et par le vœu que nos vies soient de même touchées et transformées par son amour victorieux.

Cantique chanté avec partition vocale affichée sur l'introduction :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie au hautbois)




Paroles du cantique :

 

1
Lorsqu'un Dieu daigne répandre
Tout son sang pour les pécheurs,
Quel chrétien peut se défendre
D'y mêler au moins ses pleurs !
Puisque c'est pour nos offenses
Que ce Dieu souffre aujourd'hui,
Apprenons par ses souffrances
A ne vivre que pour lui.

2
Au jardin de l'agonie
Assistons à ses combats ;
Il se trouble, il craint, il prie,
Son Cœur veut et ne veut pas.
Il éloigne le calice,
Mais l'amour, bientôt plus fort,
Le soumet au sacrifice
Et lui fait choisir la mort.

3
Judas, traître et déicide,
Vient à lui d'un air soumis ;
Il l'embrasse, et ce perfide
Le livre à ses ennemis.
Ce forfait, Maître adorable,
Recommence, hélas ! sans fin,
Quand une âme vient, coupable,
Prendre part au doux festin !

4
Ils le traînent au grand-prêtre
Qui seconde leur fureur,
Et ne veut le reconnaître
Que pour un blasphémateur.
Mais Jésus, calme et sévère,
Lui déclare qu'à son tour
Pour juger toute la terre
Il viendra du ciel, un jour.

5
O surcroît d'ignominie !
Tout conspire à l'outrager ;
Pierre même le renie,
Et le traite d'étranger.
Jésus passe et le pénètre
D'un regard tendre et vainqueur ;
Le parjure a vu son Maître :
Le regret brise son cœur.

6
Chez Pilate on le compare
Au dernier des scélérats.
Que dis-tu, peuple barbare ?
Tu réclames Barabbas !
Quelle indigne préférence !
Le coupable est pardonné,
Et, malgré son innocence,
Jésus-Christ est condamné.

7
On l'attache, on le flagelle !
Ah ! pourquoi tant de courroux ?
L'Homme-Dieu d'abord chancelle,
Puis succombe sous les coups.
A nous seuls d'être victimes :
Arrêtez, cruels bourreaux !
C'est à cause de nos crimes
Que son sang coule à grands flots.

8
Sur la croix, âme fidèle,
Vois ton Maître, ton Sauveur :
O chrétien, c'est ton modèle ;
Près de lui forme ton cœur.
Sous le poids de la souffrance,
Ah ! restons humbles et doux,
Et souffrons sans défaillance
Pour ce Dieu qui meurt pour nous !

9
Il expire et la nature
En lui pleure son Auteur...
Il n'est point de créature
Qui ne marque sa douleur...
O Jésus, touchez mon âme :
Ah ! changez mon faible cœur !
Que ma vie enfin proclame
Que l'amour est mon vainqueur !

lundi 29 mars 2021

Rameaux (Avant de souffrir)

Quelques jours avant sa Passion, Jésus franchit l'enceinte de Jérusalem, escorté par une foule en liesse. Alors qu'en cet instant le peuple, palmes à la main, l'acclame de concert par de joyeux hosannas, Jésus songe au sacrifice qu'il va si prochainement accomplir dans ces mêmes lieux qu'il traverse aujourd'hui triomphant... Ainsi, c'est par sa mort sur la Croix que se fondera à tout jamais sa royauté sur le monde. Glorifions donc à notre tour en un concert unanime de louanges le Fils de Dieu qui vient nous sauver à un si grand prix.

Cantique chanté avec partition vocale affichée sur l'introduction :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie aux trombones)




Paroles du cantique :

 

1
Avant de souffrir dans la ville Sainte
Les tourments de la Passion,
Jésus triomphant a franchi l'enceinte
De l'ingrate Sion :
Le peuple accourt sur son passage (bis)
Et les enfants lui chantent leur hommage. (bis)

REFRAIN :
Hosanna !
Gloire au Fils de Dieu
Qui vient nous sauver de notre misère,
Envoyé par son divin Père.
Hosanna !
Gloire au Fils de Dieu,
En tout lieu !

2
La ville est joyeuse au frisson des palmes ;
Mais Jésus songe au lendemain,
Vers le Golgotha lève ses yeux calmes
Et poursuit son chemin :
C'est de la Croix que sur le monde (bis)
Rayonnera sa royauté féconde. (bis)

3
La voix d'Israël aujourd'hui commence
Un cantique à ce Roi de paix,
Que tout l'univers dans un chœur immense
Chantera désormais :
Et nul pouvoir ne fera taire (bis)
Cet hosanna qui monte de la terre. (bis)

dimanche 21 mars 2021

Passion : Jésus monte au Calvaire

Voici un chant plus populaire, du moins par sa mélodie qui n'est autre qu'un choral de Bach. Il y est décrit le sacrifice du Christ, qui par un amour infini voulu porter sur lui-même la peine de tous nos crimes. Ainsi nous le voyons monter chancelant sous le poids de sa croix jusqu'au calvaire, où les soldats le dresse sur son lit de douleur. De là il se montre à nous percé de clous, couronné d'épines, le corps entier couvert de sang... Sa voix semble nous y appeler: "Viens à moi, pécheur infidèle, vois jusqu'à quel excès m'a réduit l'amour que je te porte: soit touché, repends-toi du fond du cœur, et je t'offrirai le pardon".

Cantique chanté avec partition vocale affichée sur l'introduction :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie au tuba)




Paroles du cantique :

 

1
Jésus monte au Calvaire,
Portant sa lourde croix ;
Des crimes de la terre
Il porte aussi le poids :
Souffrance volontaire,
Objet d'un libre choix !
Jésus monte au Calvaire,
Portant sa lourde croix !

2
Jésus en croix se dresse,
Sanglant, sous le ciel noir.
Autour de lui se presse
La foule qui veut voir.
Pas un mot de tendresse !
Pas un rayon d'espoir !
Jésus en croix se dresse,
Sanglant, sous le ciel noir.

3
Jésus mourant s'incline
De son gibet vers nous :
Il a ses mains divines,
Ses pieds, percés de clous,
Son front chargé d'épines,
Son corps meurtri de coups !
Jésus mourant s'incline
De son gibet vers nous !

4
Venez, pécheurs rebelles :
Ses bras vous sont ouverts !
Ce Dieu, qui vous appelle,
Nous sauve des enfers !
Dans notre chair mortelle,
Quels maux il a soufferts !
Venez, pécheurs rebelles :
Ses bras vous sont ouverts !